Pompéi

Recette réchauffée de la Vesuvio sans supplément et complètement indigeste!

 Et dire que Roman Polanski voulait donner sa vision de la célèbre catastrophe! Faute de financement, c’est l’auteur des indestructibles Resident Evil qui s’y colle! Il avait déjà détruit Les 3 Mousquetaires. Attention les yeux!

La lave a donc coulé sur un scénario éculé avec un couple maudit qui s’aime en secret, au delà des castes et de l’Histoire. Il est celte, parle aux chevaux et tabasse du gladiateur avec la dextérité d’un pizzaiolo. Elle est belle, un peu niaise, fille d’un marchand et doit épouser un sinistre sénateur, qui tue des terroristes en pagaille dans une série étalée sur 24 heures.

Les femmes sont farouches et chastes. Les hommes ont des grosses voix viriles pour déblatérer des dialogues ineptes pour nous faire patienter. Parce qu’on est là pour voir cracher le feu!

C’est ce qui intéresse le réalisateur aussi. Sa femme, Milla Jovovich ne s’est pas incrustée dans son film cette fois-ci donc il se consacre au drame. La cité de Pompéi revit donc la mémorable éruption. Les cendres. Les explosions. La lave. Le trembement de terre. La foudre. Et même le tsunami! C’est à la mode!

Des effets numériques débordent de partout à l’écran. Cela occupe le spectateur mais laisse les acteurs dans un marasme ridicule. Le héros de Game Of Thrones rappelle le chanteur eighties Glenn Medeiros. Kiefer Sutherland rêve donc de reprendre son rôle de Jack Bauer. Les seconds rôles se marchent sur la toge. Les chevaux jouent mieux que les comédiens. Bref, comme prévu, à Pompéi, une fois encore, c’est la catastrophe! Au second degré, Pompéi peut être vu!

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.