Pierre et Mohamed

Affiche Pierre et Mohamed

 

 

Une poignante histoire d’amitié interreligieuse en Algérie. Pleine d’intériorité, de sensibilité et de franc-parler, la pièce connait le succès depuis ses débuts sur les planches en 2010 au Festival d’Avignon.
C’est l’histoire d’une rencontre entre Monseigneur Pierre Claverie, père dominicain, évêque d’Oran et son chauffeur, le jeune Mohamed Bouchikhi dans l’Algérie des années 90. De leurs allers et venues ensemble à travers le pays et la ville d’Oran nait une amitié. Vraie, fraternelle et profonde. Un dialogue se noue sur le pays où ils vivent : l’Algérie. Ils échangent sur leurs aspirations et leurs religions : l’Islam et la chrétienté. Le 1er août 1996, cinq mois après les moines de Tibhirine, ils sont tous deux assassinés devant le presbytère d’Oran.

Comment mettre en scène cette amitié pour honorer leur mémoire? Le texte a pris le parti de faire résonner les textes, lettres et sermons de Pierre Claverie avec le journal de Mohamed. Pour interpréter leurs paroles, Jean Baptiste Germain, jeune acteur prometteur, incarne à tour de rôle les deux hommes. Cernant leur accent, leur voix, leur charisme, il ravive avec brio la force de leur message.

Dans un décor d’une simplicité désarmante : un tapis de prière, un vieux Coran, du pain et de l’eau, le son mélodieux du Hang accompagne la diction du texte. Instrument crée en Suisse en forme de sphère métallique, il a trouvé son maître en la personne de Francesco Agnello.

Pierre et Mohamed, deux hommes épris de dialogue tués par l’arme de la haine. Cette arme brandie au nom d’un combat politique, faussement religieux. Comme bien d’autres dans notre monde actuel divisé, ils ont cherché à nouer un lien qui dérangeait. En ces temps où le terrorisme fait rage, le besoin d’ouvrir des chemins de dialogue se fait pourtant si pressant.

La pièce est porteuse de sens pour notre monde où les murs se dressent. Au-delà de leurs différences, les deux hommes ont appris à se connaître, à s’apprécier et à se comprendre. Pierre Claverie disait « Pour qu’entre croyants on puisse se parler il faut que l’on s’écoute. Pas pour se convaincre, pour se comprendre.» Une pièce à écouter, voir et vivre. De quoi être interpellé et touché. La paix commence parfois par une amitié.

13 mars 2016 – Boulogne-Billancourt

Retrouvez les dates de représentations sur www.pierre-et-mohamed.com/actualites/

 

 

 

Auteur: Estelle Grenon

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.