Parquet Flottant

Un roman qui navigue entre plusieurs styles mais jette un regard acéré sur une corporation : la justice.

Le livre de Samuel Corto hésite entre plusieurs genres et compte quelques faiblesses. Mais il montre un véritable potentiel littéraire, au-delà de l’exploitation du gisement autobiographique propre à nombre d’autres premiers romans.

Etienne Lanos, un double de l’auteur, nommé substitut du procureur dans un tribunal de province, raconte sa prise de fonctions, la découverte de ses collègues, de ses nouvelles tâches, avec la verve de ces adolescents impertinents qui, tout à la joie de découvrir que la langue bien affutée peut être une arme, posent sur leur milieu le regard le plus critique et les questions les plus absurdes, lesquelles font souvent mouche.

Comme ces adolescents-là, Samuel Corto en fait des tonnes, et les facéties de son personnage principal, son priapisme, son usage de stupéfiants jusque dans les ingrédients d’un cocktail professionnel, tirent le roman vers la farce.

En même temps, le texte emprunterait volontiers les chemins du reportage ou de l’essai, n’était-ce le caractère déjanté du narrateur, véritable intrus dans la maison, ou plutôt dans le palais, qui semble se moquer de ses usages avec un acharnement militant autant que déroutant pour ses collègues. Dans la mécanique de la magistrature de province, il est le grain de sable.

Son message est clair : la justice va mal dans notre beau pays ; la faute, peut-être, aux praticiens. Leur pratique ne semble pas seulement désuète ou inadaptée, elle semble dangereuse, et les magistrats incapables de la moindre remise en cause.

Des exemples ? la collusion du siège et du parquet, pourtant séparés dans la procédure par souci de justice ; ou encore l’affaire d’Outreau, dont on parle partout, sauf à l’intérieur de l’institution. Là, motus.

Répétons-le, l’écriture balance sans arrêt ni rupture entre le reportage, la fiction et l’essai. C’est la force et la faiblesse de ce premier roman, dans lequel le récit n’est qu’un prétexte parfois pesant. Le sens de la formule (« La justice ne juge plus, elle condamne ») y masque parfois des faiblesses dans le style, et une relecture de plus n’aurait peut-être pas été de trop.

Pour le plaisir, deux exemples du sens de la formule de Samuel Corto :
« Le citoyen moderne est un être en faute permanente. » (page 44)
Et plus loin :
« […] la victime est le totem du sentiment d’insécurité. » (page 139)

Finalement, on pourrait comparer ce livre à Blouse, le premier livre d’Antoine Sénanque. C’est ici la version potache du désamour de l’institution. Là où Sénanque écrivait en noir et blanc, plutôt en noir, et trempait sa plume dans l’amertume, Corto en écrit de toutes les couleurs, éclate de rire à chaque déconvenue.

On ne peut que lui souhaiter de nous donner rapidement les mêmes preuves de son talent qu’Antoine Sénanque le fit en enchaînant avec un superbe roman, plus maîtrisé.

Auteur: Philippe Muller

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.