Nelken (1982), Pina Bausch, Tanztheater Wuppertal Cie, Ville

Tanztheater-Wuppertal-Pina-Bausch-Nelken

On ne pourrait pas voir trop souvent de pièces de l’éternelle Pina; ce serait trop d’émotion et de beauté d’un coup, ça déborderait sur la Vie.

Il faut voir dans la rareté, une cérémonie du Wuppertal, puis retourner à sa vie les yeux pleins, et laisser venir la danse qui relie les deux dans des histoires et des rondes à l’infini…
On souhaite que ça ne s’arrête jamais; on célèbre chaque année la conservation exemplaire d’un répertoire sans prix, né de la communauté profonde entre Pina Bausch et ses interprètes …

Nelken, création phare de 1982, qui reparaît aujourd’hui au Châtelet comme si elle venait de fleurir, traite de la Mémoire intime.
Très sensorielle, cette narration en mouvements associe librement pour dévoiler l’enfant dans l’adulte.

On y retrouve le cocasse et les violences parfois des jeux d’enfants; l’absurde toujours des paroles des adultes adressées à l’enfant.
Cette danse-théâtre est « un exercice d’enfance »: il ne s’agirait pas de vieillir en oubliant de jouer…

Certains des interprètes historiques sont remplacés déjà, mais pas de tristesse: la marche inéluctable du temps, on la suit avec joie et nonchalance; et aussi avec cérémonie, en grande pompe et robes de bal…
Pourquoi on a dansé au commencement, pourquoi ne peut-on plus danser de la même façon? Comment danse-t-on avec son corps de maintenant, tout en pensant et en parlant de ses souvenirs?…

Sur scène, se succèdent de puissants rites de passage, des épreuves, des « grands sauts ». Après ces expériences, il apparaît que les interprètes ont retrouvé quelque chose qui a fait venir la joie: un langage simple et sensible, qui a rétabli le pont entre l’avant et l’après.
Visuellement, les couleurs plantant le théâtre sont à couper le souffle.

La salle entière est entraînée dans la ronde, symbole fétiche de la chorégraphe.
« On ouvre le bras droit, le bras gauche; on ramène le bras droit vers sa poitrine, puis le bras gauche »… Sur cette invite, spectateurs et danseurs enlacent un même imaginaire; pour la plus longue des dernières danses…

Du 12 au 17 Mai 2015

au Théâtre de la Ville, Paris

Nelken, Tanztheater Wuppertal, Pina Bausch,1982

Auteur: Nadège Sapede

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.