Murmures des Murs, Rond Point

Des cartons jonchent la scène. Une jeune femme entre dans l’un, disparaît dans l’autre, emballe les objets qu’elle trouve et les détourne de leurs usages habituels.

Le temps, l’espace, les murs, les décors sont traversés, escaladés, pénétrés. Ils deviennent parfois des pièges, des artifices. Tous les éléments prennent vie et forme sous l’impulsion des comédiens. Ils les détournent, les contournent, les fuient pour mieux se les approprier.

Mêlant danse, illusionnisme, théâtre, tour de passe-passe, chaque tableau devient sujet à interprétation, aux acrobaties entre poésie et frénésie des corps. Le rythme est millimétré, calculé, mesuré. Il n’y a ni faux pas ni contretemps : mouvement des décors, énergie des personnages.

Une certaine forme surannée des costumes et des matières renforce cette sensation fantasmagorique. Trompe œil des décors et de l’espace, mais aussi de la réalité pour mieux fuir la réalité, celle de la solitude et de la quête de l’autre qui ne cesse de fuir.

Murmures des murs est une illusion éveillée, peuplée d’animaux et d’objets fantastiques, un voyage sans parole aux confins de la folie douce où le temps et l’espace n’ont plus de limite.

Jusqu’au 23 mai 2015

au Théâtre du Rond Point

Conception et mise en scène : Victoria

Avec : Aurélia Thierrée, Jaime Martinez et Antonin Maurel

 

Auteur: Lucie Boutet

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.