Misanthrope, Molière, Théâtre de la Bastille

misanthrope

 
 
En jouant le Misanthrope dans un contexte résolument contemporain, Thibault Perrenoud, Alice Zeniter et la Compagnie Kobal’t rendent avec brio l’éloquence et l’immortalité des vers de Molière

En réussissant l’association des vers de Molière avec une mise en scène audacieuse électro-rock-marshmallows, limite scandaleuse, et une implication passionnée presque violente des comédiens, Thibault Perrenoud, Alice Zeniter et la Compagnie Kobal’t offrent une grille de lecture profondément actuelle et font résonner les vers de Molière comme des vérités éternelles.
Dans le rôle d’Alceste, Marc Arnaud incarne à merveille, le jaloux maladif, enragé contre les mœurs de son temps et l’insupportable ballet de lâcheté, d’infamie, de flatterie auquel s’adonnent ses contemporains, tous fourbes et indignes.  A lui qui, au contraire de tous, n’estime que la sincérité, l’honneur et la franchise, le monde des hommes est affreusement cruel. Mais qui peut prétendre n’avoir jamais traversé les dilemmes d’Alceste? Notre société peut-elle se vanter d’être moins complaisante que la Cour du Roi? La salle tout entière est prise à parti, interpellée, questionnée. Et c’est là un autre prouesse de la mise en scène, que d’avoir crée une mise en abyme, où , les comédiens ne se limitent pas à une scène, considérant que la salle entière, de même que le monde entier, est un théâtre.
L’œuvre est si précisément comprise et maîtrisée qu’elle est magnifiquement restituée.
Un pari remporté avec succès. Bravo.
 
Jusqu’au 20 décembre

Auteur: Louise D.

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.