Miley Cyrus & her dead Petz

Dans la série « j’en ai marre d’être une gentille fille alors je fais dans le trash », voici donc la petite Miley Cyrus, mignonne star Disney qui désormais dit des gros mots tout en étant fan des Flaming Lips. Bizarre vous avez dit bizarre?

Durant les fêtes, on s’intéresse donc à ses petites chanteuses qui ne savent plus quoi faire pour faire parler d’elle. Elles mettent en scène leurs crises adolescentes, leurs premiers pétards et leurs premières cuites. Passionnant comme une émission de NRJ12!

Mais peut on aller très loin dans ce délire scatologique et hyper-sexuel au point de revendiquer une attitude artistique? C’est bel et bien la question posée par cette grosse perverse narcissique de Miley Cyrus. Il y a longtemps, elle fut l’idole des jeunes en incarnant Hannah Montana, cousine lointaine de la violente Violetta, qui parasite l’esprit critique et musical des jeunes filles actuellement.

Lorsqu’elle a voulu s’émanciper de cette image, tout le monde l’a condamné à être une insipide chanteuse. Dans un excès de zèle totalement inattendu, elle s’est mise à dire des gros mots, à faire des signes explicitement douteux et dire des horreurs qui font rougir l’Amérique des pisse-froids. Elle rote. Elle pète. Elle fume des pétards de drogue. Elle joue à touche pipi avec ses ami(e)s. Elle fait et dit n’importe quoi. Miley Cyrus est atteinte du syndrôme Gilles de la Tourette? Nouvelle question!

En tout cas, la demoiselle a amorcé un virage extravagant, ultra médiatique et exhibitionniste à souhait! Aux dernières nouvelles, et pour faire la promotion de copieux cinquième album, elle a annoncé vouloir faire un concert où tout le monde serait tout nu. Lady Gaga et sa robe en viande sont dépassées par les joyeuses idées de la petite effrontée. L’attitude est vilaine et grotesque jusqu’à la caricature.

Mais la vraie surprise c’est la musique. Sous influence des Flaming Lips, la jeune chanteuse réalise un long disque complètement loufoque, bidouillant à tous les étages des musiques barrées où elle déverse ses angoisses de petite américaine suractive et réellement paumée.

Plus de vingt chansons pour une midinette énervée de 22 ans, c’est beaucoup. Son disque est effectivement bordélique comme une chambre d’adolescente révoltée. Elle joue de sa vulgarité pour tenter des trucs très spéciaux en matière de pop music. C’est amusant d’abord puis lassant au bout d’une heure.

Mais la présence des Flaming Lips apporte son lot de surprises: ils désarticulent les codes commerciaux de la pop actuelle avec une chanteuse ravie d’en faire trop ou faisant n’importe quoi! Dans l’attitude jusquauboutiste, Miley Cyrus est bien courageuse et sait s’entourer. La délurée perd la boule mais pourrait découvrir le bon goût. Ca a du bon la crise d’ado! Même sévère comme ca!

2015 –

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.