Midnight run

De Niro dans les années 80, ce sont Il était une fois dans le Bronx, Les Affranchis, Raging Bull, Les Incorruptibles ou encore Brazil. Pourtant il n’a jamais été aussi bon que dans la série B Midnight Run ! Parfait pour les samedis de 2016

La filmographie de Robert De Niro – bien aimé président du festival de Cannes 2011 et la Palme à l’inbitable Tree of life – donne le vertige. Dans les années 80, il apparaît dans les œuvres majeures de la décennie. Tous les cinéastes bavent devant le comédien capable de prendre des kilos, du muscle et des accents en quelques mois. Impossible de faire mieux à cette époque. Même Pacino ne sera pas à la hauteur durant les années 80.

Mais le chef d’œuvre caché se situe en 1988. De Niro vient de jouer Al Capone pour Brian De Palma et le Diable pour les besoins du terrifiant Angel Heart. Un peu de légèreté s’impose pour le puissant acteur. Comme ses copains de la A-list hollywoodienne, il accepte de jouer dans un buddy movie.

Ce sera Midnight Run, mis en scène par le réalisateur du Flic de Beverly Hills. Il donnera la réplique au méconnu Charles Grodin, acteur plutôt comique, aperçu dans le mauvais King Kong de Dino de Laurentiis.

Le duo semble déséquilibrer. La star a la classe de s’éclipser pour son camarade qui amuse vraiment dans le rôle d’un comptable de la mafia. Mieux ils partagent vraiment la vedette. De Niro est un chasseur de prime qui doit accompagner le comptable poursuivi par des agents du FBI et des tueurs de la mafia. Pour 100 000 dollars, il doit faire traverser le pays au fuyard !

En mélangeant le buddy movie et le road movie, Martin Brest réussit la comédie policière quasi parfaite. Les seconds rôles sont savoureux et caricaturaux. L’action ne freine jamais et une fois de plus, les dialogues nous régalent.

Les deux acteurs se font plaisir. Ca se voit. Ils profitent des clichés du genre pour organiser une vraie récréation. Acteur sérieux, Robert De Niro échappe à son image d’élève de l’actor studio. Il reste un dur à cuir mais la comédie ne lui fait jamais peur.

On ne parlera sûrement plus de ce film dans l’immense carrière de Robert De Niro. Pourtant Midnight Run est un vrai moment de détente, qui ne vieillit pas trop mal et qui offre le même plaisir à chaque vision… Et je peux vous dire que la VHS (puis le dvd) a été utilisé jusqu’à l’usure !

Phrase culte: Is this moron number one? Put moron number two on the phone

Avec Robert De Niro, Charles Grodin, Yaphet Kotto et John Ashton – Universal – 1988

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.