LUX

Un disque d’EZ3kiel c’est bien. Voir le groupe en concert c’est mieux.

Le souci du groupe, axer son développement graphique dans ses concerts. Cela dévalorise un peu les disques du groupe. Qui reste attachant : en 20 ans, les membres du groupe sont passés par tous les genres pour soigner les ambiances et emporter l’auditeur dans une spirale de sensations.

Les petits gars de Tours expérimentent sans arrêt, ce qui est souvent preuve d’intelligence. Avec cette ambition ne soyons pas surpris que voir EZ3kiel prendre tout son sens et son ampleur sur scène. Avec tant d’années et de tournées, le groupe a une forte identité dans le milieu de la musique indépendante.

Ce nouvel album a le grand mérite de nous transporter dans un prog-rock qui oscille entre trip hop discrète et gentil metal. C’est assez incroyable tous les styles qui peuvent muter dans une seule chanson du groupe qui en plus a la bonne idée de ne pas faire des titres beaucoup trop longs (8 minutes maximum pour le premier morceau).

A l’heure où Pink Floyd pille ses archives, les Français cherchent vraiment à créer quelque chose de cohérent. On n’a peut être moins d’interactivités que sur scène mais le disque nous oblige à tendre l’oreille et nous attire dans un monde sonore assez fascinant, où tout semble à sa place pour choyer l’auditeur.

C’est un disque qui vient piquer notre curiosité. Il y a des pirouettes mélodiques qui donnent le vertige. Des plages calmes et lancinantes et des morceaux beaucoup plus cogneurs mais jamais disgracieux ou prétentieux. LUX impressionne et permet d’échapper aux monstruosités qui se collent à nos télés et nos médias. Il propose un rêve protéiforme. On plane avec eux ! Volez jusqu’à eux…

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.