Little Victories

C’est le genre de disque qui va diviser! Certains vont dire que cela sent trop fort la redite. D’autres vont crier au génie de la pop anglaise. Ici, on va juste vous suggérer d’être bienveillant avec ces bébés rockers!

Car les membres de The Strypes ont à peine de la barbe et le droit de boire de la bière en Irlande, leur pays natal. C’est tout de même assez fascinant de voir des bambins, qui chez nous sont branchés sur des radios idiotes, qui se remplissent les oreilles de la riche culture pop anglo saxonne.

Des Beatles aux Sex Pistols, en passant par les Jam ou Oasis, le quatuor de Cavan semble connaître tous les styles qui font l’orgueil de la Grande Bretagne. Après un premier disque très garage, les jeunes musiciens se sont faits remarquer et s’offre un vrai confort pour Little Victories, succession d’hymnes parfaitement britanniques. Pour les amateurs, c’est un ravissement d’une cinquantaine de minutes.

Ils traversent un prisme impressionnant allant des racines du genre jusqu’à des choses plus sophistiquées qui restent crues malgré tout. Ils restent une bande d’Irlandais, bien nourris au rock’n’roll. Alors ils se la pêtent grave. Ils gonflent les muscles et soignent les looks. Des têtes à claques!

Mais de l’autre coté de la Manche, les groupes prétentieux ont parfois de bonnes raisons de l’être. C’est le cas des Strypes. Leurs chansons sont remuantes comme il faute. Il y a cette fois ci une production plus propre que pour le coup d’essai, mais les petits pros conservent malgré tout une hargne liée à leur âge.

Ils rentrent dans le lard. Ils en font des tonnes mais cela ne pouvait pas être autrement.A 19 ans, on a peur de rien et on est ravi de faire du bruit. Ils s’amusent donc avec les codes du genre et appuient avec roublardise sur tous les effets possibles.

La basse est volubile tandis que la guitare se permet des dérapages démonstratifs. La batterie cogne pour suivre un chanteur qui écoute beaucoup les vieux loups du rock et les nouvelles stars comme Alex Turner, le leader des Artic Monkeys. On peut trouver ce disque fatiguant ou stimulant. Ici, on trouverait que les gamins des Strypes font plutôt plaisir à entendre!

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.