LIDWINE

Un concert très électrique qui manque d’acoustique.

Repérée dans Liliom de Jean Bellorini au TNP de st Denis, la chanteuse-harpiste Lidwine de Royer Dupré avait attiré notre attention. Sa voix aux airs de Bjork s’accordait à merveille avec sa harpe.

Sur la scène du Sentier des halles, avec un plumeau sur la tête et une robe argentée, Lidwine est accompagnée du percussionniste électro Rolando Torrès Martin. Sous la voûte en pierre, on s’attendait à écouter l’harmonie mélodieuse de la voix et de la harpe… Ce ne fut pas le cas.

Très vite les amplis, les micros, les sons électriques amènent une autre ambiance. L’acoustique aurait sublimé l’univers de cette jeune chanteuse, il l’a un peu dénaturé. Sa voix se hache. Le rythme se saccade. Si ce n’est le moment de grâce : avec la reprise électro de Silent night, le choix des chansons laisse imperméable.

Le concert séduit par ailleurs avec le travail remarquable de design graphique d’Emmanuel Labard. Digne d’une plongée dans les volutes de Windows media player, on est captivé. La salle se couvre de lumières fantastiques. Les dessins épousent les rythmes. Les couleurs, les formes transportent dans un monde féérique.

Le chant final avec des jeunes choristes apporte la note intimiste espérée. On aurait aimé tout le concert ainsi.

 

Auteur: Estelle Grenon

Partager cette chronique sur

1 Comment

  1. Bonjour Estelle,

    Je m’étonne de votre silence suite à mes messages du 14 mai. Je pensais que vous en accuseriez au moins réception, ne serait-ce que par politesse.

    J’ai relu votre critique et elle m’est apparue extrêmement confuse. J’y reviens donc.

    Avant d’entrer dans les détails, voici la liste des titres du concert et pour chacun les instruments utilisés.
    S’il ne s’agit pas d’un de mes propres morceaux, j’y ai ajouté la source.

    1 Feelin’ Good – reprise de Nina Simone – Harmonium indien
    2 In The Half-Light – Harmonium indien
    3 Duet For Ghosts – harpe
    4 No Monkey – harpe
    5 Holy Night – inspiré du traditionnel Silent Night, réécrit et réarrangé par mes soins
    6 Back & Forth – intro à la harpe puis batterie électronique et clavier
    7 Patterns On The Panes – batterie électronique et clavier
    8 The Pool – batterie électronique et autoharp
    9 The Boy Behind The Man – batterie électronique et clavier
    10 Before Our Lips Are Cold – batterie électronique et clavier
    11 Run The World (Girls) – reprise de Beyoncé – batterie électronique et clavier
    12 Protective – batterie électronique et clavier
    13 Blow The Horns – harpe

    Ce qui nous donne donc 7 morceaux électroniques, 5 morceaux 100% instruments acoustiques et 1 morceau acoustique qui se termine avec l’apport de la batterie électronique (Holy Night).

    Revenons à votre critique.

    Tout d’abord son titre « Un concert très électrique qui manque d’acoustique ».
    Au regard de la répartition des morceaux ci-dessus, cette affirmation semble, totalement subjective, injustifiée ou malhonnête.

    Votre réflexion sur le soit disant plumeau est assez déplacée, il me semble… Une petite pointe de méchanceté gratuite ou un problème de vocabulaire ?

    « On s’attendait à écouter l’harmonie mélodieuse de la voix et la harpe »
    Suite à votre demande d’invitation, j’avais hésité à vous envoyer un message pour m’assurer que vous ne vous attendiez pas à un concert uniquement harpe voix. Je me suis ravisée, me disant que puisque vous suiviez ma page Facebook et qui plus est, étiez « journaliste » vous aviez certainement été voir de quoi il retournait.
    En tout cas, moi qui ne suis pas journaliste, c’est ce que je fais lorsque je croise un artiste qui éveille ma curiosité et surtout lorsque je dois réserver des billets pour un concert.

    « Très vite les amplis, les micros… »
    Pour votre gouverne, un ampli est un appareil qui sert en général à amplifier le son des guitares ou des basses. Tapez ampli dans Google vous allez voir de quoi il s’agit.
    J’imagine donc que vous faites référence aux enceintes de façade qui diffusent le son, comme dans tout concert amplifié.
    Et là, je ne comprends pas bien, car depuis le début du set et donc ce premier morceau à l’harmonium, j’ai des micros pour ma voix et mes instruments et les deux sont diffusés par les enceintes de façade.
    Votre problème m’a l’air d’être plutôt lié aux sons électroniques. Ce n’est apparemment pas votre culture. D’ailleurs, à titre d’information, l’adjectif électrique est généralement employé au sujet des guitares, basses etc…

    « L’acoustique aurait sublimé l’univers… »
    Vous ne connaissez justement pas mon univers mademoiselle, c’est bien cela le problème !

    « le choix des chansons »
    De quel choix parlez-vous ?
    Soit vous pensez que je ne chante que des reprises, soit votre choix du mot choix laisse à désirer.
    Au cas où, je vous rappelle donc en passant que je suis auteure/compositrice/arrangeuse et productrice de mes morceaux (11 sur 13 morceaux sur l’ensemble du concert. Ces morceaux figurent sur mes maxis sortis en 2010 et 2012 ou sur mon album sorti en octobre dernier).

    Quant à la partie sur le travail de projections d’Emmanuel Labard, je n’ose même pas lui faire suivre le lien, tant votre comparaison avec Windows Media Player, que vous pensez visiblement flatteuse, est une insulte à son travail de onction et de programmation !

    En conclusion, dommage que vous ne vous soyez pas un peu mieux renseignée avant de me demander une invitation pour ce concert. Cela vous aurez évité la rédaction d’une critique, certes peu élogieuse pour moi, mais également peu valorisante pour vous, en plus d’être très peu constructive pour quiconque d’autre voudra bien la lire.

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.