L’été Diabolik

Des vacances guillerettes qui virent au cauchemar… Thierry Smolderen et Alexandre Clerisse confirme leur goût pour le vintage et le bon goût. Même si leur récit policier s’étire un peu trop.

Le duo nous a régalés avec un pétaradant feuilleton de science fiction et ils renouvellent l’aventure avec un polar qui une fois de plus rend d’abord hommage aux années 50 et 60. 1967 précisément! Cet été là, Antoine est un adolescent qui découvre les choses de la vie. La mer est l’horizon qui accompagne ses nombreux émois, amicaux et amoureux.

Il vit avec son père qui au fil des vacances va se faire de plus en plus mystérieux. Une pointe d’espionnage va transpercer le quotidien du jeune homme qui sera chamboulé à vie par d’étranges événements, pas si anodins que ça! Un vrai cauchemar se cache derrière de jolies vacances au bord de la mer.

Franchement, après le précédent effort des deux auteurs, on est un déçu. Mais en repensant, on apprécie la noirceur de ce récit qui pourtant est haut en couleurs, jouant sur le psychédélisme de l’époque. C’est toujours aussi plaisant à regarder. On pense à tous ces romans initiatiques sur les troubles de l’adolescence et le passage à l’age adulte mais les auteurs savent aussi composer un polar plus âpre que les apparences.

Le ton est plus sombre et surtout les rebondissements tardent un peu. Mais on s’amuse toujours autant avec des dessins faussement naïfs pour raconter une bizarre histoire de voisinage. Encore une fois les inspirations sont variées et souvent kitsch mais il en ressort quelque chose de plus profond et toujours aussi jouissif. Ces deux auteurs sont définitivement à suivre!

167 pages – Dargaud

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.