Les Cowboys

Notre chaude actualité trouve un écho particulier dans un film étonnant, sans frontière et parfaitement interprété. Une petite claque bienvenue.

Le film de Nicolas Boukhrief sur un attentat à Paris ne sortira pas. Le film du scénariste de Jacques Audiard, Thomas Biguedain a le droit d’être diffusé : la radicalisation au nom de l’Islam n’est qu’une toile de fond pour une quête plus profonde, plus surprenante.

En 1994, commercial bourru, passionné de country, Alain voit sa fille, Kelly, disparaître. Elle s’est enfuie avec son amoureux, Ahmed. Rapidement, sa recherche vire à l’obsession. Les années passent mais le père ne lâche rien pour retrouver sa fille, aidée par son fils qui grandit à l’ombre de cette disparition…

On vous en dira pas plus car le film va nous offrir un lot de surprises qui nous permettent de passer au-dessus des conventions, nos angoisses sécuritaires et notre triste réalité des attentats. Le titre annonce la couleur : il s’agit d’un western moderne. Avec toutes les conventions du genre et la mythologie qu’elle a fait naître.

Biguedain use avec une certaine efficacité d’un scope resplendissant, convoquant l’air de rien, John Ford. Ce sont bien les visages et les paysages qui font naître les émotions. La subtilité est de mise pour un sujet vraiment costaud qui aurait pu entrainer un spectacle simpliste ou ridicule. Rien de cela. Spectaculaire, le film n’oublie jamais ses personnages, épicentre de l’histoire.

La petite histoire rencontre violemment la grande. Les individus doivent se surpasser parfois au péril de leurs vies. Dans les ellipses et dans les destins, le film offre une vision mélancolique mais passionnante d’un sujet grave. Il refuse toujours les facilités : il y a quelques moments un peu trop appuyés mais on remercie mille fois le réalisateur de ne pas se laisser prendre par le fond et sublimer la forme. Pour un film français, la minutie des Cowboys est juste bluffante.

Tout comme l’interprétation. Il y a bien sûr François Damiens, decidément de plus en plus à l’aise dans des rôles tragiques mais tous les acteurs inconnus sont charismatiques et attachants malgré la décadence et leurs misères. L’ambition du film fait plaisir à voir. Les Cowboys est un vrai bonheur pour les cinéphiles et ceux qui en ont marre des informations qui nous font peur !

Avec François Damiens, Finnegan Oldfield, Agathe Dronne et Ellora Torchia – pathé – 25 novembre 2015 – 1h45

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.