Les bas-fonds du Baroque, la Rome du vice et de la misère

Les-bas-fonds-du-Baroque-Petit-Palais-Paris-24-02-24-05-2015

Baroque, définition. En JOAILL. [Se dit d’une perle] Qui est de forme irrégulière, d’une rondeur imparfaite.

Le baroque ce sont des gorges renversées des grappes de raisin, des figues, des travestissements des nudités

Des débauches des jeux des libertés

L’ivresse à toutes les tables, des excès

Initiations bachiques, des baptêmes de vin chandelle plantée dans des croupes offertes

Des dents gâtées des sortilèges, des crânes renversés des sabbats outrés

Dans un seul cadre agité, chairs affaissées, cœur planté sur une lame, pendu grisâtre au cou gonflé, la Mort assise sous un drap blanc drapé au plus près de ses formes, couronne de fleurs autour du cou, cercle de feu sur les genoux, des cercueils d’où se relèvent les squelettes, des pactes étranges des enfants sacrifiés des créatures cauchemardesques

Gestes obscènes masques et loups, jeu de hasard et d’aventures où tricher plie les corps en angles désordonnés

Désordres. Désobéir. Vivre aux extrêmes à l’extrême voler violer tuer crier de plaisirs. S’enivrer se baiser se bagarrer. L’envers des décors la face invisible des âmes.

Assauts de chair et des sens sous la lumière d’or de l’Italie. Les corps s’empoignent se disputent se mêlent. Ils s’accouplent s’offrent jouent des comédies divines sur le sol de l’enfer.

Un homme pisse parmi les ruines, Hermès rattache sa sandale, un mendiant joue de son cistre. Les tavernes sont des Palais, soudain le peuple tient le premier plan.

Les tourtes à demi-dévorées abandonnées sur les tables de bois aiguisent encore notre appétit de beautés convulsives.

Les mots s’enfoncent dans le baroque, la langue perce la peinture à la rencontre de ce qui n’est pas montré ici.

Au Petit Palais un abus de langage ne tient pas ses promesses.

Les Bas-fonds du Baroque – La Rome du vice et de la misère

Au Petit Palais l’exposition n’ose pas s’aventurer dans les bas-fonds.

Elle reste prudemment au bord du vice, à la périphérie de la misère.

Dans le Petit Palais trottinent des groupes de fourrures, de bijoux, d’appartements cossus et de privilèges.

Le choix des œuvres est à leur intention bien-pensante.

 

Jusqu’au 24 mai 2015

Les bas-fonds du Baroque, la Rome du vice et de la misère,

Musée du Petit Palais, Paris.

Fermé les lundis et le 1er mai.

Auteur: Perrine Le Querrec

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.