Le Monde Möö

Ils se déguisent ou se maquillent. Il y a trois filles et un garçon. Ils jouent. De la musique. Et pas seulement. Ils s’imaginent un univers joyeux, ouaté et mystique. Des extraterrestres sous extasie. Ils interprètent des voyageurs célestes allumés avec des chansons venues des années 70.

Pas de solo héroïque à la guitare ou de la sauvagerie électrique. Ils ont retenu le psychédélisme et la musicalité rêveuse du mystique King Crimson ou nos indécrottables Gong. Une séance de musique élégiaque, dans la lune ou dans les songes.

Cela donne donc un disque bizarre mais aux mélodies envoutantes. Moins cyniques qu’un Sebastien Tellier, le collectif français Moodoïd s’envole vers des plages lyriques où les voix et les harmonies nous bercent. Le titre de l’album souligne bien la mission d’immersion que s’est donné le groupe, Le Monde Möö.

De l’ambiance feutrée, il ne faut pas imaginer que le groupe est flemmard. Bien au contraire. On appréciera les constructions élégantes et pas si simples de leurs chansons mélancoliques et sophistiquées.

Certains vont trouver cela un peu trop précieux, mais il y a de la sincérité avec des textes en français et une vraie ambition artistique. Pablo Padovani et ses copines ont des airs de clowns pédants mais ils forment un groupe qui propose vraiment quelque chose de différent.

Ils ont l’air un peu taré comme ça. Mais ces descendants de Magma naviguent sur toutes les musiques avec un entrain nouveau et une fantaisie appréciable car totalement aboutie. On décolle avec eux. Leur monde est habitable !

Entreprise – 2014

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.