La Tempête, William Shakespeare, Vingtième Théâtre

tempeteA NE MANQUER SOUS AUCUN PRÉTEXTE !

Voici un vrai, un excellent spectacle populaire. On verrait bien certaines scènes transposées sur des tréteaux de foire, dans quelque festival de rue. Pour le reste, les effets spéciaux, la scénographie, la création lumière (harmonie de gris et de noir), s’accordent très bien au Vingtième théâtre.

L’originalité de cette proposition, c’est l’utilisation de masques (des demi-masques créés pour l’occasion par Alaric Chagnard) et le choix du jeu d’acteur qui lui est associé: le corps devient contorsionniste (chez le monstre), danseur (chez les fiancés), bouffon (chez les marins avinés) et même esprit évanescent (Ariel et/ou le souvenir des traîtres).

Les mots sont bien faibles pour dire à quel point les acteurs sont époustouflants: à 6, ils interprètent les 11 personnages de la pièce de Shakespeare, changeant d’apparence physique, de voix et d’intention en un instant. Charlotte Andrès, par exemple, interprète successivement Miranda (la fille de Prospéro), Antonio (le frère de Prospéro) et Trinculo (l’un des deux bouffons / marins). Francis Ressort, lui, interprète tour à tour le Roi de Naples et son fils, dans leur scène de retrouvaille.

Mais si le public (qui ce jeudi soir, était plutôt jeune, nombreux, attentif et conquis) applaudit finalement si fort, c’est qu’il reconnaît l’exigent métier et l’excellent esprit de cette troupe. Ici, le travail individuel de l’artisan (interprète délicat ou créateur fantasque des masques / instruments de musique / costumes), sans doute remis cent fois sur le métier, participe à l’harmonie d’un ensemble merveilleusement puissant. Le spectateur est comme envoûté par la magie de Prospéro et touché personnellement par la grâce des interprètes.

Un grand moment de théâtre populaire: poétique et sacré. Un spectacle qui réjouit les amateurs de théâtre et peut sans aucun doute convertir les autres.

Jusqu’au 26 octobre 2014, du jeudi au samedi à 19h et le dimanche à 15h,
Au Vingtième Théâtre, 7 rue des Platrières 75020 (Métro Ménilmontant).
 Mise en scène de Ned Grujic et Rafaël Bianciotto
Compagnies Zéfiro Théâtre et Les Tréteaux de la Pleine Lune

Auteur: Audrey Bigel

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.