La princesse au petit pois, Comédie Française

gp1314_laprincesseaupetitpo

 

Du swing dans l’air du Studio-théâtre pour cette réinterprétation irrévérencieuse du conte d’Andersen.

Qui ne connaît pas la trame du conte d’Andersen « LA PRINCESSE AU PETIT POIS »? Un couple royal cherche une épouse pour leur fils héritier; comme dans d’autres contes populaires « Cendrillon » ou « Peau d’Âne », les jeunes prétendantes au trône se succèdent pour passer une sorte de test, une épreuve qui permettra de distinguer l’heureuse élue. Dans le conte d’Andersen, la Reine imagine ce stratagème: la jeune fille dormira sur un lit composé de 20 matelas et de 20 édredons, parmi lesquels sera glissé un vulgaire petit pois. Seule une Princesse est assez sensible pour voir son sommeil gâché par la présence d’un petit pois, tel un minuscule caillou dans la chaussure. C’est certes un principe tout à fait absurde qui préside à cette histoire. D’ailleurs, pour le metteur en scène Édouard Signolet (remarqué entre autres pour ses mises en scène de textes de Sofia Freden à Théâtre Ouvert et ses nombreuses collaborations à l’opéra avec Jeanne Roth « La cenerentola » de Rossini et « La servante maîtresse » de Pergolèse, par exemple), le conte d’Andersen est une parfaite parodie de conte.Alors pourquoi ne pas en rajouter dans l’absurde et le plaisir de la moquerie?

Dans cette version écrite par Édouard Signolet himself, Antoine Guémy et Elsa Tauveron, c’est le Prince qui va parcourir le monde à la recherche d’une Princesse, encouragé par ses parents d’un royal coup de pied au derrière. Car il est bien innocent ce Prince qui réclame une présence à ses côtés, sans savoir ce qu’est l’amour. Et les parents de s’exclamer en chœur: « On aurait dû lui parler plus tôt! » Le Prince, malhabile et mal conseillé, part donc à la recherche d’une Princesse, oui mais, selon le précepte royal, d’une « vraie Princesse »! Et il est bien pauvre ce précepte! Aucune définition, aucune description, ni des valeurs de cette caste, ni des qualités à attendre d’une « vraie Princesse »! Encore un principe absurde, celle de la sauvegarde de la caste par son auto-suffisance et son auto-reproduction. Le hasard du conte faisant bien les choses, une Princesse qui n’avait pas l’air d’une Princesse déboule au château du Prince, revenu de son tour du monde. La Reine la soumet à la terrible épreuve du petit pois et…vous connaissez la suite. Quoique cette suite et fin orchestrée par Édouard Signolet réserve une belle surprise de grâce et de jeunesse.

Bravo à Édouard Signolet et à son quatuor d’acteurs: Elsa Lepoivre, Elliot Jenicot, Georgia Scalliet et Jérémy Lopez (qui interprètent en tout 16 personnages). La mise en scène sobre met en valeur les corps et visages expressifs des comédiens, les dirige avec entrain, leur autorisant toutes sortes de fantaisie, de la danse au mime, avec légèreté. Rien de pesant mais du swing dans l’air du Studio-théâtre pour cette reprise qui affiche presque complet et ravira petits et grands spectateurs.

du 29 mai au 28 juin 2015

à la Comédie française

durée: 1h

 La princesse au petit pois

d’après le conte d’Andersen, adaptation de Antoine Guémy, Edouard Signolet et Elsa Tauveron

mise en scène d’Édouard Signolet

Reprise au Studio-théâtre de la Comédie française

avec Elsa Lepoivre, Georgia Scalliet, Jérémy Lopez, Elliot Jenicot

Auteur: Audrey Bigel

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.