La Petite Boutique des Horreurs

L’été revient: on retourne dans nos vieilles VHS et nos laser disc pour vous trouver les pépites des années 80: cette décennie assez bariolée et mythique en matière de cinéma. On ouvre la saison avec un idole aux cheveux argentés: Steve Martin.

L’histoire: Seymour est un petit employé discret chez un fleuriste dans un quartier désoeuvré. Il aime secrétement sa collègue, Audrey. Il est malmené par son patron, le petit ami de sa collègue et tout le monde en réalité. Au bord de la faillite, la boutique connaît de nouveau une forte influence dès que Seymour met en avant une curieuse plante d’origine inconnue. Rapidement, Seymour découvre qu’elle vient d’ailleurs, qu’elle parle, chante et qu’elle a un appétit vorace. Elle aime beaucoup le sang humain!

Le réalisateur: Complice de Jim Henson, Franck Oz est connu comme marionnettiste et il est célèbre pour être l’animateur du plus petit et vert Jedi, le fameux Maitre Yoda. Pourtant, à son arc, Oz a plus d’une corde. Il fut le soutien indéfectible du créateur des Muppets mais il est devenu réalisateur, humble, discret, efficace. Son grand fait d’armes fut la comédie In & Out, première comédie hollywoodienne sur le coming out avec Kevin Kline et Tom Selleck. Si La Petite Boutique des Horreurs est une réussite, c’est avant tout car il sait gérer et animer l’énorme créature végétale qui va mettre le bronx dans la vie de Seymour. Au delà de cela, il développe ici un sens du rythme qui va se confirmer dans ses comédies suivantes, où l’on croise bien souvent Steve Martin d’ailleurs.

L’anecdote: le film est un remake d’un vieux film de Roger Corman où l’on croisait un débutant nommé Jack Nicholson. C’est aussi l’adaptation de la comédie musicale que produisait David Geffen à Broadway. Avant de confier le film à Oz, Geffen voulait Spielberg et Scorsese pour mener le projet à son terme!

Le casting: c’est bel et bien un film des années 80! Rick Moranis, connu pour son rôle dans SOS Fantômes, continue de jouer le petit gars à binocles qui a un bon fond malgré un courage bien enfoui en lui. Steve Martin vole la vedette à tout en interprétant un dentiste violent et on apprécie la petite apparition d’un Bill Murray excité en patient masochiste.

Pourquoi on aime:Oz réunit tous les comiques pour célèbrer une comédie musicale et terrifiante en même temps. Il y a assez de misanthropie dans le récit pour que l’on n’assiste pas à une démonstration de comédie à l’américaine. Ca chante. Ca danse. Ca joue. Ca s’amuse beaucoup. Le rythme est soutenu et les chansons sont irrésistibles. Le film fut un bide à sa sortie mais connut un énorme succès par la suite en vhs. Aujourd’hui c’est un indispensable!

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.