La Cour de Babel

Plongée dans le quotidien d’une classe relais melting pot. Attachant et si enthousiasmant! Venus du Chili, de Roumanie, de Guinée, de Serbie ou de Chine pour « étudier », « se faire un avenir », « devenir une femme libre », ils se retrouvent dans une classe commune avant d’intégrer le circuit scolaire général.

Chacun parle de sa religion, de son émotion au départ de chez lui, de ses peurs comme de ses rêves. Ils livrent, face caméra, des bribes de leur histoire. On écoute la peur d’oublier sa langue natale, la souffrance du décalage de niveau de vie entre ici et là bas, la volonté de perpétrer sa culture, le rêve d’être médecin, violoncelliste. Difficile de ne pas être touché et impressionné de leur maturité.

Avec en tête le souvenir du film Être et avoir de Nicolas Philibert tourné dans une classe primaire multi niveaux en milieu rural, on s’immerge cette fois-ci dans le quotidien d’une classe d’intégration.

Comme un condensé du monde entier, cette Babel de Julie Bertuccelli ne monte pas vers le ciel mais plonge au cœur de la multitude de langues, de caractères, de chemins. Ode à l’adolescence, cet âge plein de promesses, de spontanéité et de fragilités. Cet âge d’affirmation de soi, d’éveil du sens commun et des questions philosophiques. Ode à la France quand elle respecte, cultive, protège et rassemble.

Programmé au Festival Enfances dans le monde en ce 25e anniversaire de la Convention des droits de l’enfant, ce film témoigne des fruits que porte la valorisation des identités culturelles plurielles dans l’éducation.

 

Pyramide – 2014

Auteur: Estelle Grenon

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.