Holy Ghost / Marc Ford / Naim Label – 2014

Un ancien Black Crowes continue son bonhomme de chemin dans le monde merveilleux du blues rock. Petits moments de grâce.

Marc Ford a peut être brûlé ses ailes durant son passage au sein du mythique groupe d’Atlanta, les Black Crowes. Guitariste surdoué, il a dû supporter les excès en tout genre des frères Robinson, aussi bien d’un point de vue musical que dans la vie trépidante de stars du rock’n’roll.

Sa participation aux chefs d’oeuvre des Black Crowes prouve en tout cas la valeur du musicien, qui un beau jour a voulu s’échapper de cette vie pour le moins toxique et repartir sur les solides bases du blues.

Ses premiers albums sont discrets mais sympathiques. Ensuite il multiplie les collaborations et Ben Harper lui fait confiance sur quelques albums et tournées. En attendant, le fougueux devient sage et Holy Ghost révèle un chanteur sensible et un amoureux de l’harmonie.

Holy Ghost refuse tous les excès. Les amateurs de riffs stridants vont être déçus. C’est un disque de rock zen, serein, qui rappelle la dernière période de JJ Cale. C’est un album introspectif où tout est pesé et réfléchi. D’une délicieuse délicatesse. Un disque de vieux dans le bon sens du terme. Le visage marqué du musicien sur la pochette prouve qu’il se livre sans fard, sans esbroufe, juste avec quelques accords rocailleux et admirables.

C’est un peu un rock de survivant. Sorte de Droopy du grand barnum du rock’n’roll, Marc Ford se livre enfin sans détour. Abîmé mais sincère. Ce n’est pas un fantôme. C’est un passionné du blues! Il partage avec ce disque sa passion avec une générosité éclatante! Amen!

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.