Francis Lalanne à la dérive et syrien de le dire…

francis-lalanne-je-suis-muette-devant-tant-image-512899-article-ajust_930

Voilà, quand ça veut pas ça veut pas, les migrants auront été foudroyés jusqu’au bout de leur périple, décidément, pas de bol people.

Autant, avouons-le, l’élan d’humanisme qui s’empare soudainement de tout ou partie des européens démocrates, artistes compris, pourtant avares pour filer une pièce à un SDF dans les rues du 16ème arrondissement mais, sur ce coup là, seraient près à ouvrir leur appartement parisien à des familles de réfugiés, cqfd, peut forcer une admiration de façade ; autant avouons-le, les quelques journalistes couillus d’I-télé ou du Petit Journal, font du grand reportage « en immersion » en accompagnant des migrants dans leur périple (sur des bateaux de fortune, caméra à l’épaule, sans bouffer ni boire durant des jours, ou Martin Weill qui suit un réfugié de la Grèce à l’Allemagne en passant par les barbelés de la frontière serbe, avec les douaniers rustiques en face de lui prêts à lui mettre une cartouche de kalachnikov dans le front), forcent eux, et sans façade, une admiration de haut rang ; autant, les zombies du showbiz, dont le dernier « succès » remonte aux années 80, mises à part quelques apparitions dans quelque télé réalité, produite par Karl Zéro dont tout le monde a oublié le nom, c’est dire, là, pourraient foutre un mal de mer avec le front en sueur et les envies de gerbes qui vont avec, à n’importe quel marin chevronné, autant dire que pour ceux qui ont déjà le mal de mer, comme moi, les oreilles saignent, le front est en piscine et il faut sortir les grosses bassines pour les expulsions de l’œsophage.

Attention, ne nous trompons pas sur le fait que chacun à le droit à une seconde chance, Francis Lalanne, puisqu’il s’agit de lui, aurait très bien pu avoir un éclair de génie, sortir de sa torpeur ou de sa grotte et, en surfant, même si le procédé consistant à ressurgir grâce ou avec la misère des autres est toujours borderline, sur la vague dark de l’afflux du ¼ monde vers les pays en paix afin d’avoir, eux aussi, une seconde chance, une nouvelle vie, ou le droit de vivre tout simplement, et ainsi nous offrir un hymne vers l’espoir, une ode à la vie, un joyaux d’écriture où tu le monde se retrouve dès les premiers mots, limite reprend en cœur, un « Je suis Charlie » de la chanson, un « We are the people » des temps moderne, t’achètes le disque, tu le télécharges, tu follow et retweet la vidéo sur les réseaux sociaux avec quatre smileys cœurs derrière…oui mais là, bah non.

Peut-être dans le souci d’être compris par les réfugiés fraichement arrivés sur notre terre d’accueil (à part à Béziers, Fréjus ou encore Hénin-Beaumont où les mecs vont retrouver des barbelés dans les pompes de leurs mômes) ne parlant pas (encore) le français mais qui ne demandent qu’à l’apprendre, Francis a dû demander à un élève de CE1 de l’aider pour le texte, vu le niveau, et pour les rimes et l’enchainement des mots, où, à côté, les poésies de fête des mères où « maman t’es belle…gnagnagnagna…comme un soleil…gnagnagnagna » font offices de rimes riches et passeraient de peu pour des candidates potentielles au Goncourt.

Peut-être dans le souci de rester visuellement accessible auprès de populations nourries durant des années de télévision saupoudrée de propagande avec des présentateurs de JT cireurs de pompes d’ayatollah, aux cravates piquées à Roger Gicquel et le tout dans des décors réalisées par l’architecte d’intérieur des chiottes des époux Ceausescu, Francis a trouvé à l’arrache un bout de studio de région parisienne désaffecté, a dû acheter de la moquette verte chez Casto pour en tapisser ledit studio et pouvoir ainsi incruster des images piquées sur Euronews (si si on voit le logo dans le clip)…et mixer le tout pour en faire un clip, cadré par un caméraman qui avait du être pris au saut du lit un lendemain de soirée punch coco planteur…

Peut-être dans le souci que l’on ne le reconnaisse pas de suite ou par nostalgie des sunlights des tropiques, Francis s’est de plus déguisé en Gilbert Montagnier…mais avec les cheveux longs…et sans la voix…Gilbert pourrait bien lui intenter un procès pour « piquage du rôle du chanteur aveugle le plus connu de France »…n’est pas le Stevie Wonder blanc qui veut.

Voilà, cher Francis, sans déconner, nous ne doutons pas que cela partait d’un bon sentiment, que tu as voulu bien faire, que tu sentais qu’il y avait une place à prendre sur la prochaine tournée des enfoirés puisque, après tout, MC Solaar ou Eve Angeli, y sont, eux ; mais non, là non, tu auras vraiment mieux fait de t’abstenir, ou juste pousser un coup de gueule sur Twitter, ou sur ta page facebook, enfin un truc entre potes quoi, pour tes 3 fans.

Vraiment, c’est con, tu viens de repartir pour 20 ans de mise à l’écart, en plus, ta vidéo sur Youtube est entrain de faire marrer tout le monde, sur un sujet aussi lourd et difficile, au moins ça détend un peu l’ambiance mais si des mecs comme Goldman n’ont pas osé faire deux lignes sur le sujet, alors qu’ils sont juste spécialistes du truc, tu devais bien te douter qu’il ne fallait mettre les doigts là-dedans, bon, c’est fait, c’est fait, mais t’es puni, voilà.

J’vous embrasse.

Auteur: Romestebanr

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.