Eternité

Amours chastes et tristes disparitions, la vie de famille résumée par le passionné Tran Anh Hung!

Il y a parti-pris séduisant: il y aura dans ce nouveau film de Tran Anh Hung, très peu de dialogues. A la place, on entendra une douce voix off pour nous guider dans les arcanes d’une famille bourgeoise au début du Siècle dernier.  On écoutera beaucoup de musique classique. De l’élégante musique de chambre comme de l’orchestre héroïque!

L’émotion n’est plus dans les mots. Tout est dans l’image. L’auteur de l’Odeur de la Papaye Verte titille encore une fois nos sens et ne veut pas trop d’explications et de transitions. Il est toujours aussi doué pour soigner les lumières, proposer une photographie incroyable et filmer une nature luxuriante. Il a une vision panthéiste, rassurante et d’une beauté rare.

Tout cela pour une histoire de trois femmes qui appartiennent à la même famille, nombreuse. Elles connaîtront des joies et surtout des peines. La vie donne et reprend. Ses femmes vont donner la vie mais vont perdre des enfants et des maris. Au milieu du film, notre cynisme reprend du tonus: c’est une hécatombe.

Tran Anh Hung est un grand romantique! Il nous charme grâce à son génie réel de l’image. Son film finit pourtant par se répéter en suivant les destins plus ou moins tragiques de Valentine, Mathilde et Gabrielle. Audrey Tautou, tout en douceur, fait des bisous à ses enfants. Puis c’est Mélanie Laurent, tout souriante, qui fait des bisous à tout un tas d’enfants mais aussi son mari, joué par Jérémie Rénier. Enfin Bérénice Bejo, nuancée, fait elle aussi des bisous à son époux et sa progéniture. Mais la vie ne tient qu’à un fil. Le bonheur est bel et bien fugace!

Sans scénario réel, le film s’étire finalement mollement autour du thème de la filiation et de la perte d’êtres chers. Heureusement la mise en scène est soignée. Elle nous flatte et on se rend compte que l’on manque finalement en France de réalisateurs formalistes, qui arrivent à faire passer une émotion en quelques plans. On apprécie la conviction de Tran Anh Hung mais hélas à la fin son idée d’éternité finit par se confondre avec un ennui poli.

Avec Audrey Tautou, Bérénice Bejo, Mélanie Laurent et Jérémie Renier – Pathé – 7 septembre 2016 – 1h55

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.