Edge of Tomorrow

Imaginez une rencontre entre Un Jour sans Fin, Le jour le plus long et Independance Day. Vous avez le concept de Edge Of Tomorrow : un mélange des genres original pour un résultat assez divertissant, parfois drôle, mais un peu ringard visuellement, il faut le dire.

Dans un futur proche, alors que la planète est envahie par des extra-terrestres à l’intelligence et aux moyens techniques très développés, l’espèce humaine se démène pour contrer l’invasion. Le commandant William Cage, chargé de communication lâche de l’armée américaine, est envoyé malgré lui sur le front, où il meurt rapidement. Fait extraordinaire, il se retrouve dans une boucle qui le condamne à revivre le combat éternellement.

Edge Of Tomorrow est d’abord l’occasion de réinventer le D-Day version alien. Le combat au coeur de l’intrigue a lieu sur une plage de normandie et opposent des envahisseurs venus d’ailleurs et des forces alliées venues de Londres. C’est le débarquement revisité et coup marketing, le film sort début juin !

Le grand intérêt du film est l’humour qui le rythme. À commencer par l’auto-dérision dont fait preuve Tom Cruise qui campe un anti-héros assez minable. Avant bien sûr de devenir un super soldat héroïque et altruiste dont, on s’en doute, l’action mènera au salut de l’humanité. Le regard porté sur le milieu militaire est lui aussi plein de dérision. Le montage est très dynamique et participe amplement à cette dimension humoristique. L’idée de boucle temporelle – qui peut être considérée comme une facilité narrative – est bien agencée et la journée se renouvelle chaque fois sans lassitude et avec originalité. C’est léger certes mais suffisamment présent pour faire rire à plusieurs reprises.

Si les ressorts narratifs sont particulièrement bien gérés, leur effet positif sur le long-métrage est amoindri par une marée de mauvais effets visuels bon marché. Une surabondance d’effets bleus et rouges digne des pires réalisations plombe alors l’ambiance générale, au point de donner l’impression d’un film cheap au trop petit budget.

Cela dit, si la référence aux grands films évoqués en introduction s’arrête au concept de Edge Of Tomorrow, le film n’est pas désagréable. D’ailleurs, on en peut s’empêcher de penser aussi à Alien pendant la séquence finale. Un bon esprit prédomine sur cette réalisation sans prétention, malgré tout assez flemmarde sur le visuel.

de Doug Liman avec Tom Cruise, Emily Blunt, Bill Paxton et Brendan Gleeson – Warner Bros – 4 juin 2014 – 1h54

 

Auteur: Thomas Laborde

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.