Chère Elena, de Ludmila Razoumovskaïa

elena

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La découverte d’une écriture d’une force impressionnante.

 

Lorsqu’Elena Sergueievna ouvre la porte de son appartement à quatre de ses élèves prétendument venus lui souhaiter un bon anniversaire, elle ne peut imaginer que leur intention est en réalité de lui extorquer la clé du coffre qui renferme les copies de leur examen final, décisif pour la poursuite de leurs études. Cela, elle va le découvrir progressivement, au fur et à mesure où ils abaisseront leurs cartes, et elle dégringolera de ses idéaux, découvrant, devant ses yeux effrayés, la désillusion et l’arrivisme assumé d’une jeunesse désenchantée et fataliste, prête à tous les chantages dans sa quête de la richesse, unique valeur à ses yeux. Alors, la discussion se transforme en confrontation, la professeure défendant la morale qu’elle pensait leur avoir inculqué, et les jeunes lui opposant son aveuglement face à leurs quotidiens misérables et son manque de réalisme sur les mentalités de leur époque, le dénuement dans lequel vivent les faibles idéalistes comme elles et l’opulence à laquelle ont seuls la chance de pouvoir accéder les calculateurs sans scrupule, qu’ils disent donc avoir fait le choix de devenir.
Si l’interprétation de tous les acteurs est exceptionnelle, on reconnaît notamment François Deblock qui nous avait déjà épatés avec son interprétation de Pantagruel dans la pièce Paroles Gelées, on est par-dessus tout abasourdis par la force de l’écriture de Ludmila Razoumovskaïa, qui, sans pouvoir le dire (la pièce était à l’origine une commande du Ministère de la Culture de l’URSS en 1981), décrit le malaise de la jeunesse dans la société communiste soviétique. Sa plume aiguisée et brulante, dépeint subtilement les contradictions d’un régime au bord de l’implosion, hypocrite et mensonger prétendant poursuivre des idéaux dans l’intérêt du plus grand nombre mais refusant de regarder la misère qu’il génère et le poids des tentations du monde extérieur. Une seule envie depuis, découvrir d’autres œuvres de cette écrivaine.
A la fois thriller psychologique et pamphlet politique, une pièce à voir absolument.
A partir du 02 septembre 2014
 

Auteur: Louise D.

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.