Chante ton bac d’abord

Quand la musique est bonne… hé bien le film peut être aussi sacrément bon. Un documentaire étonnant qui s’entête à enchanter le quotidien.

Gaëlle vit à Boulogne sur Mer. La crise. La grisaille. Le chomâge. La jeune lycéenne est bien consciente que la vie n’est pas rose. Le temps est aussi triste qu’à Cherbourg mais pour elle, la musique peut mettre de la couleur sous son parapluie. Gaëlle veut chanter la liberté et l’innocence qui habitent les adolescents d’aujourd’hui.

Elle appartient à un groupe d’amis qui ont des rêves et des idées qui effraient un peu les parents. Gaëlle veut donc devenir artiste. Son père ouvrier s’inquiète. Rachel, elle, veut profiter de sa jeunesse. Son petit ami est angoissé tout en étant brillant. Caroline ne supporte plus la pression du bac qui approche. Alex est un glandeur heureux, qui partage sa passion pour la musique avec son papa rocker.

C’est un documentaire qui sourit. Le constat est d’abord optimiste. Cette jeunesse n’est pas dépourvue d’idéaux, d’utopies et d’envies. Ce n’est pas le portrait sinistre de jeunes sans moral, sans futur et sans verbe.

Ici, les adolescents chantent leurs doutes mais aussi l’amour et d’autres sentiments qu’ils apprennent à maîtriser. Le réalisateur David André invente un genre : un documentaire joyeux et un film naturaliste mais soigné.

Le social se mélange à la vie dissolue et aigre doux de quelques adolescents du Nord de la France. C’est un film poli, au naturel espiègle et qui réveille en nous quelques souvenirs. La mise en scène (en)chantée permet une douce émotion tout au long l’année passée avec Gaëlle qui attend les épreuves du bac.

L’expression musicale est sincère. Le projet collectif réchauffe les cœurs. Le naturel des gamins est déconcertant. Leurs facéties et la poésie proposent un regard nouveau sur le Nord et ses clichés miséreux. Le film est un beau portrait rêvé mais sincère de la jeunesse d’aujourd’hui. L’antidote idéal et parfait à toutes les mauvaises nouvelles que l’on veut nous faire avaler, à nous et nos pauvres petits ! La vie sans la musique serait une erreur!

Bodega films – 22 octobre 2014 – 1h24

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.