Ce nuage à coté de toi

Voici un livre étonnant et magnifique, un texte empreint de poésie et d’élégance. Une rareté dans cette période morne et sans surprise de rentrée littéraire.

Florence Vanoli est poète et performeuse. Rien à voir avec tous les pseudo écrivains qu’on parcourt plutôt qu’on ne lit d’année en année, de mois de septembre en mois de janvier.

Ici, c’est une voix qu’on découvre, un souffle qui nous fait frissonner. Poème, texte à dire, à lire, à écouter, à toucher, le souffle coupé, Ce nuage à côté de toi surprend. Au premier abord, les mots d’amour, mêlés aux murmures de rupture, étonnent, appellent. Nous hèlent. Il faut y revenir, les lire et les relire.

Tant il semble que l’auteure prenne le langage à contrepieds, désarmant les vérités pour mieux s’interroger. « Je croyais qu’il était possible d’aimer sans être aimé », dit-elle, comme une évidence qui donne à réfléchir. Les phrases posées sur le papier, les mots brutalement jetés, tout cet ensemble cohérent et sensible atteint toujours sa cible. Mots à deux, maux ou jeux, l’homme et la femme ici dialoguent de façon crue, amour à nu : « pourquoi aurais-je refusé ton désastre ? » interroge l’un. Désastre… Le mot est présent partout, presque en toile de fond. Et pourtant, la sensualité, le désir cru ont souvent raison ici du sombre et du constat.

Certes, « on te brûlerait vivant que tu douterais encore de ton existence », affirme l’un des amoureux. Mais la douceur affleure : « j’habite ce nuage à côté de toi », murmure l’une des deux voix. Un murmure que l’on a envie d’écouter, raconté sur une scène. En le respirant. Les yeux fermés.

Editions Moires – 70 pages

 

Auteur: Marie Leon

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.