Big Eyes

Big Eyes, dernier film de Tim Burton raconte la célèbre histoire des époux Keane, connus pour avoir monté la plus grande arnaque récente de l’histoire de l’art.

Margaret Keane interprétée par Amy Adams peint ses «Big Eyes» et Walter Keane son mari, interprété par Christoph Waltz se fait passer pour le peintre afin de mieux les vendre. Alors que les tableaux deviennent de plus en plus célèbres, Margaret souhaite que l’on sache qui les peint réellement. Walter ne partage pas le même point de vue et veut garder le secret pour pouvoir conserver notoriété et argent.La situation va se compliquer de plus en plus et un véritable duel s’engagera entre les deux époux…


Mais où est passé Tim Burton? Il n’y a pas une seule trace du réalisateur si ce n’est dans une scène déjà présentée dans la bande annonce. On ne retrouve pas l’univers fantastique si typique de ses autres films comme Charlie et la chocolaterie ou encore Alice au pays des merveilles.

Tim Burton a filmé bien trop sagement peut- être par peur d’abimer cette magnifique histoire. Mais où est sa pâte? Ce film est trop classique et manque cruellement de rythme, d’imagination, de fantaisie.


Sans les excellentes prestations des acteurs principaux, le spectateur s’y ennuierait franchement. Christoph Waltz est toujours aussi exceptionnel. Il est parfait en artiste raté sans aucun état d’âme exploitant sans vergogne sa propre femme par pur intérêt personnel. Il a cet air malin que l’on retrouve dans Inglorious Bastards et dans Django Unchained qui lui permet de faire ressortir le côté usurpateur et cupide du véritable Walter Keane.

Amy Adams apporte le côté fragile à son personnage pour montrer la soumission que subissait la femme à cette époque-là. Elle joue ici dans un tout autre registre de ceux dans lesquels elle jouait dans American Bluff ou dans Il était une fois. Ce duo d’acteurs s’oppose et se complète à merveille et permet à Tim Burton de sauver son film.

Alors, oui allez-y pour eux, pour les beaux grands yeux des Keane mais n’y allez surtout par pour voir du Burton! Ah ça non !

Avec Amy Adams, Christoph Wlatz, Jason Schwartzman et Danny Huston – Studio Canal – 18 mars 2015 – 1h47

Auteur: Pierre Bertrand

Partager cette chronique sur

1 Comment

  1. Je n’ai pas encore vu le film; j’irai sûrement demain car la critique donne envie de découvrir le jeu des acteurs.

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.