Attends, Attends, Attends… Pour mon Père, Cédric Charron, Jan Fabre, Théâtre de la Bastille,

attends

Les premières secondes de ce solo inaugural dans le triptyque Jan Fabre proposé au Théâtre de la Bastille, nous plongent d’emblée dans une expérience mystique, transparente à un Autre Monde, de l’Au-delà…

Nimbée de fumée blanche qui déborde de la scène pour envelopper doucement le public, la pénombre devient diffuse, propre au visons magiques.

S’en extrait Cédric Charron, vêtu d’un rouge cru.

La scène est là-encore une composition picturale du plasticien Jan Fable, truffée de symboles gothiques.

Cédric Charron danse le passage de vie à trépas de la figure du Père, dans la peau de Charon, le « nocher des enfers », qui guide les mourants moyennant péage dans leur traversée du Styx.

Charon est dans la mythologie grecque un vieillard malcommode, ce que le fantasque danseur mime très bien, dans un travail corporel évoquant la danse Buto, une autre danse des Ombres…

Dans le texte qui se déploie, Cédric Charron s’exprime pourtant en homme encore jeune qui réclame au Père, d’Attendre, Attendre… Pour que le temps de danser puisse avoir lieu, le temps de la procrastination et de l’inutile pour le Fils, qui ouvre l’accès au monde la Création, libéré de l’interdit du Père.

Il y a donc deux passages à opérer: du Père oedipien au Père mort, du Fils paralysé au fils artiste; pour que le temps, après l’Attente, se mette à passer de nouveau…

Le texte est superbe, les effets visuels assez hypnotiques; on regrettera néanmoins un ensemble un peu hermétique et « en force ». Mais il en va de même dans d’autres solos précédents présentés par Yann Fabre, qui réussissaient peut-être mieux à donner au propos crûment biographique une résonance plus métaphysique, notamment par les références au monde médiéval.

Si l’on retrouve ses codes obligatoires, comme le corps en croix -l’expérience même du « chemin de croix »-, on trouve moins facilement dans Attends le fil esthétique du rêve…

On continuera néanmoins de suivre Jan Fabre, tant au musée qu’au théâtre, dans son traitement des corps, de Nature Morte à Transcendance, pour faire apparaître combien l’Art s’arrache dans l’effort à un temps où la Mort est sans cesse évoquée.

 

du 9 au 13 mars 2016

Solo pour Cédric Charron de Jan Fabre

Théâtre de la Bastille

Auteur: Nadège Sapede

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.