Assassin’s Creed

Quelqu’un va t il un jour avouer aux producteurs de cinéma, qu’une adaptation d’un jeu vidéo sur grand écran n’est vraiment pas une bonne idée? Une preuve supplémentaire avec le mystico pas rigolo Assassin’s Creed.

Charlotte Rampling et Jeremy Irons sont la caution européenne et bizarroïde de l’adaptation de la saga d’Ubisoft. Marion Cotillard est l’actrice bankable. Michael Fassbender lui est la grosse machoire qui va virevolter dans le ciel pour les besoins d’un scénario qui va bien nous faire marrer.

Ce qui est bon sur un ordinateur ne l’est pas forcément pour un long métrage. Assassin’s Creed a un concept sympa avec ce combat entre les Assassins et les Templiers, qui se disputent en gros le sort du Monde. Tout simplement. Là dessus on ajoute une dose de sf avec le code génétique du libre arbitre (en gros les Templiers veulent le supprimer et nous coller devant les chaines d’info en continu) et des explications scientifico-fumeuses qui justifient une ambiance high tech et froide.

Cela justifiera aussi les interprétations sans fond de tous les comédiens. Assassin’s Creed ne veut froisser personne donc il reste dans une zone grise et ne joue que sur de simples références aux jeux vidéo et quelques films mais rien de plus rien de moins.

Tout est sous contrôle et justement cela ennuie profondément. Justin Kurzel, réalisateur de MacBeth, avec Cotillard et Fassbender, semble vraiment s’amuser dans les scènes d’action au fin fond de l’Andalousie. Là, le film se lache un peu. Mais on voit surtout des types en pyjama qui disent plein de sentences mystérieuses et attendent comme nous, les morceaux de bravoures, qui pourraient plaire aux fans du jeu vidéo.

Mais comme Warcraft récemment, toute la mythologie s’écroule, une fois posée sur la pellicule! En plus l’absence d’humour déconcerte. Là où le recul aurait nécessaire pour revoir tout le concept, le film se prend pour une réflexion pure sur l’existence et franchement, avec un scénario de série B italienne (ou espagnole),c’est obligatoirement décevant.

Bref, si vous voulez voir Fassbender serrait les dents, voir des « yamakasis qui font l’Espagne » et si vous voulez payer les impots du sympathique Jeremy Irons, alors allez voir Assassin’s Creed, le film qui tue juste le bon goût et les envies de séries B.

Avec Michael Fassbender, Marion Cotillard, Jeremy Irons et Brendan Gleeson – 20th century fox – 21 décembre 2016 – 1h45

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.