American Sniper

Le grand Clint Eastwood est en petite forme pour nous raconter les douleurs de la guerre.

On ne va pas lui en vouloir. A plus de 80 ans, papy Eastwood a le mérite de travailler comme un chef d’orchestre. Il fait des films régulièrement et il ne les bâcle jamais. On reconnait l’humaniste désabusé et le libertaire forcené dans ce nouveau film de guerre et un auteur au classicisme assumé.

Figure mythologique du cinéma, surnommé le dernier des géants, Clint Eastwood filme donc une authentique histoire américaine : le destin de Chris Kyle (joué par un Bradley Cooper massif et expressif comme une poutre), légende des snipers et héros de l’armée. Ce dernier s’est illustré en Irak. Il a sauvé des vies en tirant sur un nombre très conséquent d’ennemis. Même quand ces derniers sont des enfants.

Eastwood n’est pas un béni oui oui. La guerre, c’est traumatisant et Chris Kyle est un homme hanté par ses démons, qui lui demandent de revenir sur le terrain. Sage, le réalisateur d’Impitoyable, joue sur toutes les ambigüités de la guerre.

Il ne juge jamais. Conservateur mais ouvert, Clint East s’est déjà fait taxé de fasciste. Il a bien souvent montré qu’il voulait à travers ses films regarder au-delà du bien et du mal. Mais ici, il n’arrive pas à se libérer d’un patriotisme texan, un peu lassant.

Son héros se rêvait cowboy mais la figure du militaire courageux a depuis bien longtemps été égratigné au cinéma depuis la guerre du Vietnam et plus récemment dans le dépouillé et oscarisé Démineurs, film un peu jumeau d’American Sniper.

Pourtant Eastwood s’y attache et perd un peu de sa superbe. Lucide sur le conflit, il s’égare dans l’éloge du devoir accompli et du sacrifice du soldat. Il est moins critique que dans Mémoires de Nos Pères et Lettres d’Iwo Jima. Son film devient répétitif et s’enferme dans la logique du héros. Dommage car Chris Kyle fut tué par un vétéran de la même guerre. Ici, c’est une anecdote qui conclut le film, alors que c’est le vrai sujet de ce type de films : que faire des soldats, abimés par la violence et la guerre ? Eastwood s’est peut être trompé de film. Entre nous, on vous conseille de revoir l’exacerbé Maitre de Guerre. Beaucoup plus fun et moins pompeux !

Avec Bradley Cooper, Sienna Miller, Jake McDorman et Luke Grimes – Warner Bros – 18 février 2015 – 2h12

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.