Afropéennes Eva Doumia

Afropéennes questionne l’identité féminine noire aujourd’hui. La pièce d’une grande richesse rassemble les textes de l’écrivaine camerounaise Léonora Miano sur les thèmes de l’émancipation, de l’héritage culturel et du poids des traditions, des relations amoureuses et de la solitude. Avec humour et énergie elle interpelle.

D’après des romans de Léonora Miano, Eva Doumbia met en scène quatre amies parisiennes de diverses origines africaines. Entre théâtre, danse et musique, elle transporte dans la France multiculturelle. Avec une Marseillaise rafraichissante !

« Léonora Miano a souhaité mon travail, elle a porté un regard dessus mais elle m’a fait confiance. La nouveauté de la pièce est qu’elle est écrite par une Afropéenne, mise en scène par une Afropéenne et jouée par des Afropéennes. Elle incarne leurs questions, leurs colères, leurs rêves. Les extraits de romans de Léonora Miano que j’ai choisis portent leur parole pour les rendre fières de leur identité.» explique Eva Doumbia, la créatrice de la pièce.

Une série de personnages nous raconte leur vie. On découvre les joies comme les souffrances d’une génération. Les quatre comédiennes s’approprient leur texte au point de laisser le doute… N’est-ce pas un récit de leur propre vie qu’elles nous livrent? Mention particulière à Alvie Bitemo qui incarne à merveille une mère puis une belle mère. Mémorable.

Afropéenne a le mérite d’interroger le public. Dans quel miroir se regarder quand les modèles de représentation pour les Noires de France sont Joséphine Baker, la Vénus noire et Beyoncé? Comment se construire avec les souvenirs de pilon, de mortier et de jumbe de ses parents quand on vit dans un quartier de Paris ? Comment concilier le poids des traditions avec l’aspiration d’une jeune femme moderne? Peut-on refuser l’héritage noir et créer sa propre histoire?

Dans le cadre d’un week-end Africaparis, le Carreau du temple se met aux couleurs et aux saveurs de l’Afrique. Créations artisanales, cours de danse, ateliers lecture et débats, contes et dégustations, une première afropéenne certainement suive de nombreuses autres!

 

Jusqu’au 22 février 2015

Carreau du temple

Auteur: Estelle Grenon

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.