20th Century Boys

Pour le bug de l’an 2000, un maître du manga imagine le pire. Avec brio et gourmandise. Au fur et à mesure…

Je ne suis pas un dingue du manga. J’ai lu Akira quand j’étais gamin. Lorsque vous avez commencé par le meilleur, difficile d’accepter le reste même si la culture manga a déferlé avec ses chefs d’oeuvre aussi. Visiblement, 20th Century Boys appartiendrait à cette catégorie. Donc je me lance dans cette massive saga qui raconterait toutes les angoisses de notre époque.

Premier tome de l’édition de Luxe. Un peu rétrograde, il me faut quelques pages pour reprendre l’habitude de la lecture « à l’envers ». Je le répète: je ne suis pas un grand habitué du genre. Naoki Urasawa, auteur de Monster, a l’art de nous plonger dans le mystère total. Des fragments d’histoire d’abord. Ce que l’on comprend:

Kenji sera un anti héros. Un serial loser. Il garde la fille de sa soeur disparue. Il tient une supérette sans grande envie. C’est un rockeur raté. Il n’a rien du sauveur du Monde qui va devoir affronter une menace terrible, la secte d’Ami.

Une étrange marque de la secte rappelle quelque chose à Kenji qui va voir son quotidien glisser dans l’absurde. Son passé et les amis de sa jeunesse pourraient avoir la réponse à ses problèmes qui se multiplient rapidement.

Le récit va s’axer sur des parallèles entre plusieurs époques. Cela permet à Urasawa d’aborder plusieurs thèmes comme une chronique aigre douce de l’enfance, le deuil des illusions et surtout le polar quasi surréaliste. Il y en a des promesses! Pari réussi: je veux rapidement lire le suivant et copieux volume!

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.