L’appel du Coucou
Déc31

L’appel du Coucou

Cormoran Strike, carrure de rugbyman et amputé d’une jambe, est détective et fils de star. Il a bien du mal avec sa carrière professionnelle comme avec sa vie privée. C’est un cliché de la littérature mais Galbraith/Rowling arrive à le rendre touchant et amusant. Car ce drôle de type va rentrer dans le monde de la mode comme un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Read More
Content Nausea
Déc31

Content Nausea

Ils nous font bien plaisir avec leurs petites hymnes rapidement exécutés et profondément primaires. Sans être idiotes! On pense à Sonic Youth, Stephen Malkmus et tous les autres adeptes du elofi, d’une musique adolescente mais tellement essentielle.

Read More
Sonic Highways
Déc29

Sonic Highways

C’est le concept de Sonic Highways. Ils traversent l’Amérique et s’inspirent des villes visitées. L’enregistrement a lieu donc à Austin, New York, Nashville et bien entendu Seattle. Grohl et ses copains veulent s’inspirer des traditions locales, sans abandonner leur célèbre énergie qui a fait leur succès.

Read More
Juillet de Sang
Déc29

Juillet de Sang

Joe R.Lansdale connaît les conventions. Il les respecte avec une ferveur quasi religieuse. On retrouve tout ce que l’on sait de la petite ville secouée par la violence. Le règlement de compte. La corruption. L’ambiguïté de la justice. Tout y passe. Heureusement Juillet de Sang se permet des virages à 180 degrés.

Read More
Sara Baras Ballet – Voces
Déc27

Sara Baras Ballet – Voces

On sent combien la famille du flamenco porte le deuil de l’immense guitariste Paco de Lucia, combien son souvenir hante les mémoires. Mais alors le flamenco si empreint de douleur trouve son exutoire par la danse et la chanson. Place à la fête !

Read More
Asa Nisi Masa
Déc26

Asa Nisi Masa

Création originale et joyeuse du chorégraphe, metteur en scène et vidéaste, Asa Nisi Masa s’amuse de la rencontre de la danse et de l’image. Dans une synchronisation parfaite, l’écran suit les mouvements pour apporter le rire, le décalé.

Read More
Le Septième Fils
Déc26

Le Septième Fils

Réalisateur de gros blockusters russes (Mongol, Nomad), Sergey Bodrov filme donc la poursuite d’un épouvanteur pour mettre la main sur une vilaine créature avec un grand sens qui n’importe quoi. Ca ne ressemble à rien. C’est filmé avec une hystérie qui finit par lasser rapidement. La production est incohérente.

Read More
Le Voyageur de Noel
Déc26

Le Voyageur de Noel

Même si le récit est plutôt réussi, alliant descriptions rurales hivernales et enquêtes diverses dans plusieurs lieux, l’ensemble reste assez léger. Le livre mériterait 100 ou 200 pages de plus afin d’affiner les portraits des personnages et surtout les relations entre eux. Si l’on sent quelques affinités entre certains, le réseau demeure superficiel et seulement descriptif.

Read More
Rhapsode
Déc25

Rhapsode

Parce qu’il est réalisateur de clips, le musicien réussit à nous envelopper dans sa musique avec des plages musicales délicieuses et caressantes. De vieux instruments glissent dans des boucles enivrantes. Pour les fêtes, c’est une bande originale idéale, tellement elle est glamour, accessible à tous et vintage pour toute la famille.

Read More
Joyeux Noel Monsieur Loup
Déc24

Joyeux Noel Monsieur Loup

Un album optimiste qui croit en la magie de Noël avec humour et bienveillance.

Read More
Read More
Les tribulations d’Ana, Lucernaire
Déc23

Les tribulations d’Ana, Lucernaire

« Les tribulations d’Ana », au théâtre Lucernaire ? Si vous voulez passer un bon moment, où l’humour et la tendresse se partagent la scène, relayés par une actrice vraiment douée, n’hésitez surtout pas ! Il y a quelques années, Les tribulations d’une caissière avait connu un succès incroyable. D’abord par le bouche-à-oreille, puis l’originalité du sujet avait fini par titiller les médias. Drôle de thème, certes, mais tellement plus original que les émois nombrilistes et vains de bien des auteurs d’aujourd’hui. L’ouvrage d’Anna Sam, paru chez Stock excusez du peu, est drôle. Tout simplement. Mais pas seulement : pertinent, lucide, mordant, incisif. Tendre. Au départ, il s’agissait d’un blog sur le web, elle compilait des anecdotes personnelles qui sont ensuite devenues un livre. En le lisant, Sébastien Rajon a été séduit et a décidé de le mettre en scène. Il fallait une comédienne pour porter ces mots, ces émotions, bref pour interpréter Les tribulations d’Ana. Vica Zagréba incarne à merveille cette femme. Sur scène, trois points, trois lieux ou presque. Au milieu, la caisse, point névralgique de l’histoire, dans laquelle on est plongés immédiatement. Pas de temps mort, ici, pas d’ennui, pas d’hésitation. Dès le début, la talentueuse comédienne campe une DRH comme on en a tous rencontré, un peu inculte, un peu méprisante, mais qui la prend à l’essai tout de même. De la formation au décomptage frénétique et affolant des articles (on n’est pas loin du Charlot des Temps modernes), à l’évocation du salaire –de misère – et des clients insupportables, rien n’est superflu, tout sonne juste. On découvre le SBAM (Sourire-Bonjour-Au-revoir-Merci) et les remarques perfides des acheteurs. Celle-ci fait particulièrement mouche : « Si tu ne travailles pas à l’école, tu finiras comme la dame. » Jeux de scène, jeux de postiches et d’accents, musiques réalistes : la comédienne a recours avec succès à des artifices, clins d’œil malicieux à une vérité douloureuse. Car cette pièce, si elle est librement inspirée de l’ouvrage et nous fait souvent sourire, n’est pas, loin s’en faut, qu’une étude sociologique. C’est la peinture criante de vérité d’un monde où la frénésie absurde de consommation pousse à l’irrespect, où la perte du sens de la réalité remplace la considération et l’empathie. C’est fou comme un texte qui paraît léger peut, grâce à un metteur en scène et, surtout, à une comédienne inventive, se transformer en un moment unique.   Jusqu’au 24 janvier 2015 Théâtre du Lucernaire Du mardi au samedi à 19h....

Read More
Exodus Gods & Kings
Déc23

Exodus Gods & Kings

A 77ans, Ridley Scott ne baisse pas les armes: ses visions bibliques sont effrayantes. Son blockbuster est personnel et désabusé. Il ne fait rien comme tout le monde. C ‘est un bourrin mais c’est aussi pour ça qu’on l’aime!

Read More
The take off & landing of Everything
Déc23

The take off & landing of Everything

Comme des bardes, les membres d’Elbow composent leur musique dans un coin d’Angleterre, entre traditions et rêveries, entre légendes et réalités, entre nuances et trivialités. En cherchant une comparaison, Elbow pourrait être un croisement sobre de Richard Thompson et Coldplay.

Read More
Albert et Charlène ou les enfants à Rainier 2…le retour
Déc22

Albert et Charlène ou les enfants à Rainier 2…le retour

Avec un titre pareil, la confusion, non sans malice de ma part, tendrait à faire croire que Spiderman et Spiderwoman, proches amis de Kleptomane (Laure Manaudou au pays de Mickey), sont depuis peu les heureux parents de jumeaux qui auront pour préoccupation de tisser dans tous les lieux où tisser est possible…et quand on a envie de tisser, faut pas se priver. Mais non, le calembour, mauvais, je le confesse (j’aime ce verbe conjugué à la première personne de l’indicatif présent, de toute façon dès qu’il y a fesse dans un mot, ou con, j’aime, là y’a les deux donc j’aime beaucoup), fait bel et bien référence à la naissance non pas d’enfants araignées mais des enfants à Rainier, 2, car il y en a eu un 1er sinon ça n’aurait pas de sens, quoique s’il n’y en a pas derrière il eut été français de l’appeler Rainier Second. Rainier 2, autrement appelé le prince Albert, autrement appelé le gars qui fait du bobsleigh sur un rocher, ce qui n’est pas une mince affaire, voire qui tient quasiment du héros, donc digne d’un exploit qui pourrait faire héros rocher (c’est bientôt Noël, merde !). Oulalalalala, mais attention les puristes vont me fouetter par commentaires en pseudo caché ! L’ami Albert, après vérification, s’appelle bien Albert 2 et non Rainier 2 ! Dès ce début de chronique, me voilà embarqué dans un truc qui ne tient pas la route, ceci étant, ne pas tenir la route est aussi une tradition monégasque, Grace Kelly et Stéphanie furent d’ailleurs reines en la matière, même si la deuxième n’a toujours eu le titre que de princesse et la première y est restée. Bon bref, Albert, 2, 3, 4, Rainier 8,9,10, on s’en tape, qui malgré son apparence corporelle et son verbe qui à première vue pourrait nous rappeler dangereusement ceux d’un salarié Cotorep embauché en désespoir de cause pour venir livrer le courrier le matin dans une PME de la Sarthe, doté d’un faciès qui à la question « c’est qui ton père ?» n’aurait rien d’étonnant de voir surgir la réponse « bah mon père c’est mon frère », a bien réussi à mettre un coup de kékette fertile à sa dulcinée, la non moins bombe atomique Charlène qui ne tient pas une chocolaterie comme son nom pourrait, au féminin, l’indiquer, mais qui est bien, elle aussi, désormais, de Monaco, d’où son nom Charlène de Monaco, ce qui est facile à retenir, ce qu’Albert n’a pas fait avec son zob, se retenir, donc. Re-bon re-bref, cette semaine, les chaînes infos, les chaînes de merde à tendance et à people, People TV par exemple, ont donc aspergé, encore un point...

Read More
Nightscape
Déc22

Nightscape

Pour les fêtes de fin d’année, offrez un disque qui prône l’amitié et l’échange. Ca vous fera oublier les mauvaises nouvelles qui s’accumulent dans les médias. Promenez vous dans la nuit et oubliez tout… sauf l’harmonie!

Read More
Noel Blanc, Noel Noir
Déc22

Noel Blanc, Noel Noir

De très belles illustrations mêlant les couleurs hivernales européennes aux couleurs flamboyantes africaines. Cela donne vraiment une belle impression féerique en cette nuit de Noël. Que de lumières !

Read More
It’s allright with me
Déc22

It’s allright with me

Si le disque de reprises est commun dans le jazz, il a, ici, une saveur toute particulière. Les deux interprètes apportent une vraie nouveauté, due à leurs différences. La guitare et le chant s’imposent sur des classiques comme s’ils avaient été écrits pour eux.

Read More
Read More
Love
Déc21

Love

Julien Doré se livre sans fard: la détresse autour de l’amour. C’est un disque assez cruel mais profondément humain. Un peu de folk et d’électro accompagnent parfaitement les sentiments du chanteur, qui devient un personnage attachant au fil des écoutes.

Read More
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.