Musée de l’Orangerie – Collection Walter Guillaume
Avr20

Musée de l’Orangerie – Collection Walter Guillaume

  Des orangers aux Nymphéas, de Monet au Novo Pilota.     Sortant de l’exposition Modigliani Soutine à la Pinacothèque et du choc ressenti par les toiles de Soutine, je me dirige vers le Musée de l’Orangerie, connu pour ses Nymphéas qui ont consacré le lieu depuis leur arrivée au lendemain de la première guerre mondiale. Monet en fait cadeau à la France au nom de la paix. Lui qui cherche un lieu où reproduire le vécu de ses jardins de Giverny, le voilà servi. Les nymphéas sont emmurés en plein Paris et exposés dès 1927 avec l’idée d’en faire un monument à la gloire de la paix. Ce ne sont pas les Nymphéas qui m’intéressent, contrairement aux touristes qui s’y amassent dans un bruit incessant bien éloigné de l’idée originelle. C’est la collection de Paul Guillaume évoquée à la Pinacothèque, et surtout les Soutine. Lesquels sont exposés ? Vais-je autant vibrer qu’à la Pinacothèque avec l’homme au chapeau, la folle, la petite fille à la robe rose ou les grands arbres bleus ? Je descends directement l’escalier menant à la collection. Magnifique surprise. Paul Guillaume était un fin collectionneur-marchand. L’entrée se fait par des Sisley, des Renoir et quelques Cézanne. Renoir m’ennuie. Les scènes de bourgeoisie douceâtres me rappellent le classicisme d’une vie Chamallow, du rose ouaté de blanc et de jaune. Du suranné. Le visiteur doit admirer le bien-être d’enfants qui n’ont rien d’enfantins. Oh bien sûr il y a le style. Le style. La propreté des joues roses de l’enfant poli aux cheveux bien coiffés. Le sourire luisant de l’enfant apprenant correctement sa leçon de piano. Le rire de la maman fière de son enfant. On n’est pas dans le Rireflamboyant de Maljavine exposé dans le palais Ca Pesaro de Venise… Le portrait du fils de Cézanne bleuté, malgré une raie bien à gauche vient casser l’ambiance. Merci Cézanne. Heureusement, on bascule rapidement chez Modigliani et Rousseau. Superbe, Le Jeune Apprenti de Modigliani vous accueille, pensif, mélancolique, la pupille bleutée. Les gris bleutés viennent se heurter aux oranges de la peau. Rien de plus réussi que ce contraste. Plus étonnant, le portrait en profondeur de Paul Guillaume rebaptisé Novo Pilota par Modigliani, offre un personnage proche du mafioso. Un portrait aiguisé. Le marchand a l’œil noir mais juste.   Je passe sur les Marie Laurencin dont je ne parviens pas à saisir les vibrations, sourit devant les couleurs du Douanier en imaginant la tête des héritiers esthétiques du classicisme devant tant de raideur et de couleur. Des statues de couleur entoilées. La salle Picasso/Matisse offre des Picasso antiques dans la droite ligne historique du « retour à l’ordre ». Les sujets féminins ont des formes d’odalisques pour Matisse qui les voit comme...

Read More
Christophe Alévêque, Super Rebelle… et candidat libre!
Avr11

Christophe Alévêque, Super Rebelle… et candidat libre!

Super Rebelle, le porte parole des muets !   En 2009, on s’était éclaté avec Christophe Alévêque est Super Rebelle !…enfin ce qu’il en reste. En 2011, avec les Monstrueuses Actualités de Christophe Alévêque on se demandait s’il n’était pas temps pour l’humoriste polémique de changer de formule. En 2012, on a certes bien ri avec ce nouveau spectacle et cette candidature d’un super héros fantoche qui caricature à peine une campagne assez lamentable. Super Rebelle moque les mesures de la dernière chance d’un gouvernement qui veut nous sortir de la crise en augmentant le prix des cigarettes et des sodas, certainement parce que Liliane Béttencourt ne fume pas ! Il revient sur cette (pré) campagne présidentielle qui tourne à la mascarade : DSK qui monopolise l’attention pendant 4 mois (et qui préfère baiser la bonne plutôt que de baiser la droite !), Mohamed Merah devient le programme unique de l’ensemble des candidats… Evidemment, Nicolas Sarkozy reste une cible idéale pour Christophe Alévêque, même s’il n’oublie pas de railler aussi la gauche (« Un robot avec un post-il marqué « Changement » serait élu, mais c’est sans compter sur la force de frappe du Parti Socialiste »), ou encore le centre (Bayrou est en dehors de la campagne à force de se vouloir au dessus du débat). Alévêque Super Rebelle multiplie les tirades aussi drôles que vraies (« Le peuple a peur, mais ce sont les marchés qu’il faut rassurer ») mais force est de constater que, à l’instar de la Présidentielle 2012, SuperRebelle semble s’essouffler un peu. Jusqu’au 6 mai 2012 Théâtre du Rond Point http://www.theatredurondpoint.fr/...

Read More
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.