American Rigolos

americanRetour au pays pour un américain ayant vécu en Grande-Bretagne. Ces chroniques regardent l’Amérique avec amour et humour.

Bill Bryson aime les voyages. Cet Américain est curieux de tout et a promené sa famille un peu partout dans le Monde. Cette ouverture d’esprit, il n’est pas sûr que ce soit la principale caractéristique de concitoyens. C’est ce que révèle cette chronique hilarante.

Bill Bryson ne semble pas être né au bon endroit. Dans l’Iowa, Bryson aurait du ne jamais quitter son pays mais sa curiosité est grande et dès qu’il l’a pu, il s’est échappé en Angleterre. Il y restera longtemps.

Il y prendra le temps de comparer sa culture avec celle d’adoption. Il se passionnera pour les sciences, l’écriture et ses souvenirs d’enfance. Bryson a le sens de la nostalgie. Il sait parfaitement raconter son enfance et ses petits passages de la vie qui ont fait de lui ce qu’il est.

Peu traduites en France, ses chroniques sont fameuses et possèdent un humour féroce. Car Bryson, avec ses voyages à travers le Monde, a découvert les nombreuses différences et les qualités de plusieurs cultures. Il aime les opposer pour mieux les comprendre.

Après un long séjour en Grande Bretagne, Bill Bryson doit revenir aux Etats-Unis, dans le New Hampshire. Le retour au pays est très dur. Bryson ne comprend pas ses concitoyens. Son épouse, anglaise, devient plus américaine que les Desperate Housewives.

Le dépaysement est totalement imprévu pour l’auteur qui redécouvre avec horreur et humour, les moeurs étranges des Américains. La folie ménagère, le sport omnipotent, les voisins curieux, le consumérisme en étendard, Bryson constate une société schizophrène qui hurle le mot liberté partout mais réclame de la sécurité en permanence.

Le livre est une succession de chroniques pour un journal. C’est surtout une cascade de constats consternés et amusés. Bryson observe avec le sourire toutes les bizarres habitudes des Américains. Sans haine. Sans jugement. Juste avec une pointe d’ironie qu’il a volé à l’écriture britannique.

American rigolos ne devrait pas plaire aux adeptes de l’antiaméricanisme, sport national dans nos contrées. Bryson est un tendre. Avec sa fantaisie, il nous fait vraiment voyager. Mais c’est aussi un subtil observateur et un excellent correspondant en direct de la folie ordinaire.

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.